Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Animaux du récif... Trop, c'est pas assez!
12 juin 2008

Cultiver son phytoplancton à la maison

Bonjour!

Aujourd'hui, je vais faire un petit recap' sur la culture de phytoplancton, à faire chez soi. Si j'y arrive, c'est que c'est vraiment à la portée de tout le monde, étant une réelle adepte du moindre effort, un savant mélange de phobie du bricolage et un gros baobab dans la main...

Je souffre aussi de manque d'espace pour faire toutes ces cultures super pour les bacs... Je ne peux pas placer de refuge, j'ai pas de cuve annexe, bref, il faut batailler pour trouver 20cm² de libre autour du bac. Vous verrez que la culture de phyto prend une place très modérée, et c'est tant mieux!

Voici donc mon "installation":

Je cultive deux algues, la Dunaliella (vert foncée) et la Nannochloropsis salina (vert/jaune).

Pourquoi multiplier les souches?
Les algues phytoplanctoniques ne sont pas toutes de la même taille, ni appréciées par les mêmes animaux. En cultiver plusieurs vous garantit un spectre de nourrissage plus large. J'utilise la Dunaliella pour ma culture de copépodes et j'en rajoute aussi dans le bac, de temps à autre. La Nannochloropsis, qui est plus grosse, me sert de base de nourrissage pour la microfaune du bac communautaire.
Les différentes souches se trouvent auprès d'autres "cultivateurs", ou de revendeurs spécialisés (vous ai je déjà parlé de Coral Verde? ;)  Sinon, Marine Life ou Aqualiment vendent aussi quelques souches)

Pourquoi se donner la peine de cultiver les souches séparément?
Les algues font de la prédation entre elles, et si l'on mets plusieurs souches en culture dans le même contenant, au bout de quelque temps, il ne restera plus que l'espèce dominante, la plus grosse (en général Nannochloropsis) qui aura mangé les autres souches. Il faut donc, en culture, faire extrêmement attention à ne jamais mélanger les contenant, ni les tubes d'aération, entre souches, car sinon, on risque de perdre les espèces les plus faibles.

Pourquoi les vendeurs de phyto vendent des mélanges, alors?
Le mélange est possible, après la culture. Si l'on stabilise le mélange, en le réfrigérant,alors, le plancton, endormi, ne fera pas de prédation sur les algues plus petites, et les différentes algues "cohabiteront". Le mélange est donc exploitable pour les ajouts dans le bac, mais n'est pas cultivable. Il doit se garder impérativement au frigo.

Pourquoi ajouter du phytoplancton dans son bac communautaire?

Le bénéfice est certain, même si les animaux "visibles" du bac ne font pas de predation directe dessus. Vous me direz, pourquoi ajouter du phytoplancton alors que ni les coraux, ni les poissons ne le mangent? Le phyto est le socle, la première etape de la chaîne alimentaire, dans le bac. Avec un ajout régulier de phyto, le zooplancton proliférera, copépodes, etc... qui nourrira à sont tour des macroorganismes plus importants, comme des amphipodes, des mysis... Pour peu que l'on se donne la peine de doter le bac de zones de preservation de la microfaune (comme des buissons de caulerpes, où les organismes se reproduisent à l'abri...) ou mieux, d'un refuge connecté, c'est une source importante de nourriture vivante, fraiche et très bénéfique que vous apporterez à vos poissons et coraux.

Passons à la méthode de culture:
Matériel:
- une bouteille de coca 2 litres, bien lavée, par souche. D'autres contenants en plastique transparent et lisses sont possibles, bien sûr ;)
- Tuyau à air
- Pompe à air
- Engrais spécial (Grotech ou Coral verde)
- Eau de mer neuve
- Souche de phytoplancton

Il faut percer un trou sur le bouchon de la bouteille, en haut, pour laisser passer un tuyau à air.

Verser la souche de phyto dans la bouteille propre, remplir la bouteille d'eau de mer, ajoutez un bouchon d'engrais (quantité selon mode d'emploi du produit) et voilà, la culture est prête!

Fermez le bouchon, glisser le tuyau à air jusqu'au fond de la bouteille, et reliez le à la pompe a air de façon a ce que l'eau bulle bien.

Placez la bouteille devant une source lumineuse pendant environ 12h par jour. Chez moi, la culture se fait devant une petite fenêtre, mais vous pouvez installer un tube T8 devant les bouteilles. Comme ça, en plus, vous bénéficiez du même temps de lumière toute l'année, alors que chez moi, la culture se ralentit notablement pendant l'hiver, puisqu'on est alors loin de 12h de lumière par jour...
Attention à ne pas faire trop grimper la température de l'eau, même si les algues sont plutôt tolérantes.

Pendant deux semaines environ, laissez la culture mûrir. rajoutez une fois par semaine un bouchon d'engrais dans chaque bouteille, et ajustez le niveau d'eau avec de l'eau osmosée, pour pallier à l'évaporation.
Au bout de ces deux semaines, la culture est normalement prête à être récoltée. Attendez une semaine entre le dernier ajout d'engrais et la fin de la culture, pour laisser les algues absorber l'engrais au maximum, afin de ne pas risquer de verser ce genre de composant très phosphaté dans le bac communautaire!

En début de culture, l'aspect est vert clair, translucide. Sur la photo, notez la différence de couleur et d'opacité entre une bouteille en début de culture et une bouteille avec la production bien développée, de la même souche.
Lorsque la culture à l'aspect de la bouteille foncée, alors elle est prête à être stabilisée.

Il vous faut alors repiquer la culture, afin de préparer du nouveau placton. Versez un 10e environ de la 1ere bouteille dans une seconde bouteille vide et propre, remplissez d'eau de mer neuve et d'un bouchon d'engrais. Replacez la bouteille en culture avec la pompe à air. C'est reparti!

La première bouteille prête peut être alors stabilisée et consommée. Perso je verse une bonne rasade tous les trois jours environ. Lorsque je fais l'ajout, je coupe l'ecumeur pour la nuit entière, afin de ne pas détruire de suite le phyto, et le laisser nourrir les organismes. Les deux litres de la bouteille me font les quinze jours d'espacement entre deux cultures.
La bouteille de consommation doit être maintenue au frigo, en la remuant si possible chaque jour pour ne pas laisser de dépôt de former au fond (algues mortes). Elle peut tenir au moins un mois.

voilà, j'espère que cela vous aura donné envie de vous lancer!!
Depuis que je fais ça, j'ai noté une importance vraiment accrue des organismes filtreurs dans le bac (notamment des éponges de toute les couleurs, des petites huitres, beaucoup de vers tubicoles...), et une présence importante de mysis et amphipodes, tout au long de l'année. Je ne me verrai pas arrêter! 

 

PS: une mise à jour (novembre 2011) des liens commerciaux pour trouver des souches et de l'engrais ICI

Publicité
Publicité
Commentaires
M
Generate Income Online - www.thetimes.co.uk@3119923437/Hb9BSZ
Répondre
K
Bonjour, <br /> <br /> Je mettais une petite dose d'engrais (attention au dosage, car c'est bourré de phosphates, il ne faut pas en mettre plus que ce que consomme le phytoplancton pendant le temps de culture) dans l'eau de mer reconstituée, avant de la mélanger à la souche de plancton. Il faut bien sûr en mettre bien moins que ce qui est préconisé pour l'arrosage des plantes, selon l'engrais, 1ml, 2 maxi, doivent suffire amplement. Choisir un engrais bio de préférence, et contrôler le taux de PO4 si vous avez la possibilité de tester au photomètre. <br /> <br /> Moi c'est en testant au photomètre que je m'étais rendue compte que les phosphates résiduelles après culture restait très importantes, à cause de l'engrais. Puis j'en avais trouvé un meilleur, bio et peu chargé en phosphates.<br /> <br /> C'est le paradoxe de la culture de phyto pour le récifal, pour faire pousser des plantes (et du phyto), il faut des nitrates et des phosphates, et ces éléments ne sont pas les bienvenus dans l'aquarium... <br /> <br /> <br /> <br /> Je n'en fais pas actuellement, mais quand j'en referais, je modifierais un peu la méthode, pour mettre une toute petite dose d'engrais au départ, puis complémenter chaque jour d'une goutte pour alimenter plus régulièrement, et mieux contrôler la concentration en algues de la préparation.<br /> <br /> <br /> <br /> Peut être aussi pourrait-on tester de nourrir la culture avec des acides aminés et des oligo-éléments, voir si cela pourrait suffire....?<br /> <br /> <br /> <br /> Sinon, comme j'en avais déjà parlé là:<br /> <br /> http://lebacasab.canalblog.com/archives/2011/11/14/22673208.html<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> il faut se lancer dans la préparation de l'engrais Conway, c'est le produit utilisé par les pro... a ma connaissance, il est bien dommage qu'on ne le trouve pas comme produit aquariophile, ce serait bien!<br /> <br /> <br /> <br /> amic,<br /> <br /> Sabine
Répondre
1
Bonjour,<br /> <br /> J'ai ma souche de phytoplancton bien verte, un bulleur qui bulle 15 min toutes les 45 min, et j'ai de l'engrais pour plantes vertes. Sur la notice de l'engrais ils disent de mélanger 1/2 bouchon doseur dans 1.5l d'eau et d'arroser la plante avec; pour ma culture de phyto il faut diluer l'engrais liquide(comme dit sur la notice) et en verser a petites doses dans la bouteille de culture? ou verser un bouchon d'engrais pur non-dilué directement dans la culture?
Répondre
M
Merci pour ce très intéressant article. Toutefois je n'arrive pas à savoir à quoi vous destinez ce phytoplancton : vos poissons ou vous-même ? S'agit-il comme la spiruline d'un complément alimentaire ?
Répondre
E
Il est recommandé pour un meilleur rendement de les nourrir au dioxyde de carbone ...
Répondre
Animaux du récif... Trop, c'est pas assez!
  • Auteure en aquariophilie et photographe professionnelle, je vous présente le quotidien de mes pensionnaires marins, mais aussi des news sur le monde récifal en général: biologie, écologie du récif, science et pédagogie.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Archives
Animaux du récif... Trop, c'est pas assez!
Newsletter
Publicité